Roue galette, un équipement à éviter

Des avantages sans commune mesure avec la liste des dangers encourus : un équipement à éviter… Vitesse limitée à 80 km/h, manœuvres d’urgence délicates, usure très rapide de la bande de roulement… les constructeurs ont fait machine arrière. Le point.

Changement d'une roue galette

Changement d’une roue galette

Roue galette : avantages constructeurs

  • Un prix inférieur à celui d’une roue de secours classique, ce qui permet d’abaisser le prix de revient du véhicule.
  • Le gain de quelques kilos est un argument important, à l’heure où les ingénieurs traquent le moindre gramme.
  • La réduction de plus des deux tiers des dimensions d’une galette par rapport à une roue de secours classique permet aux constructeurs d’offrir un gain d’espace supplémentaire dans le coffre.

Roue galette : risques utilisateurs

  • Le comportement de la voiture est modifié. Même en ligne droite, la direction est déséquilibrée.
  • En virage, la stabilité du train arrière est compromise : risque de survirage brutal, difficile à rattraper.
  • En freinage d’urgence, l’ABS ne peut empêcher des à-coups dus à la différence d’adhérence de la galette. Sans ABS, un freinage d’urgence à 80 km/h provoque “un plat” qui rend alors la roue galette inutilisable.
  • Sur sol mouillé, les distances de freinage augmentent sensiblement. Chaussée de quatre roues normales, une Peugeot 306 s’arrête en 35 mètres lors d’un freinage d’urgence à 80 km/h. Elle met 4,60 mètres de plus si la roue galette est montée à l’arrière et 8 mètres de plus si elle est montée à l’avant. Et la différence d’adhérence rend la voiture très difficile à maîtriser. Sans ABS et roue galette montée à l’arrière, le tête-à-queue intervient neuf fois sur dix en cas de freinage brutal.
  • Enfin, contrairement à la roue de secours, la galette ne sert qu’une fois. En effet, un début d’arrachement de la bande de roulement avec apparition de la trame métallique peut intervenir très rapidement en cas d’utilisation sur parcours sinueux. Mais qui décidera de s’arrêter alors qu’il lui reste seulement quelques dizaines de kilomètres à parcourir ? Or continuer de rouler avec un pneu dans cet état est risqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *